Thérapie manuelle

Les-chaînes-musculaires

La méthode GDS:

La méthode des chaînes articulaires et musculaires a été élaboré par madame Godelieve Denys Struyf (GDS) à partir des années ’60.
L’originalité de cette méthode est de prendre en compte l’individu dans son ensemble.

Ainsi, l’auteur a mis en évidence 6 chaînes qui composent notre posture et qui découlent du comportement.

Quand ces chaînes sont en excès, elle enferment la personne dans une attitude rigidifiée, témoin de tensions myo-fasciales que le masseur-kinésithérapeute saura déceler après un bilan. Celui-ci permettra au praticien d’agir sur l’origine des douleurs.
Cette technique se distingue ainsi d’autres thérapies qui ne considèrent que le symptôme sans prendre en compte le terrain ou l’histoire du patient.

Pour cela, des outils kinésithérapiques seront utilisés. Ceux-ci peuvent être des manœuvres de massage mais isolées au(x) muscle(s) concerné(s), des techniques réflexes, des étirements ou des stimulations…le but étant de rendre la liberté du mouvement à la ou les articulations perturbées et donc impliquées dans la douleur.

Les indications de la méthode GDS sont multiples. Elle traite tout aussi bien les affections rhumatismales (arthrose des hanches, des genoux, cervicalgies, lombalgies, sciatiques, tendinites…) que les troubles orthopédiques (scoliose, excès de lordose ou de cyphose).

En fin de prise en charge, le patient aura acquis une conscience de son problème et saura éviter les récidives.

Pour aller plus loin:
http://www.methode-gds.com/accueil.html

Radio

Méthode SOHIER:

La thérapie manuelle (méthode Sohier) est un traitement qui réharmonise les états pathomécaniques des articulations périphériques, des sacro-iliaques et de la colonne vertébrale dans les cas d’affections mécanogènes telles que les épiphysites, les ostéochondroses, les tendinites, les périarthrites, les lumbagos, les dorsalgies, les torticolis, les protrusions discales, les hernies discales, l’arthrose.

Ce sont des techniques douces et non manipulatrices.

La thérapie manuelle se base sur le principe selon lequel chaque manipulation au niveau des articulations doit progressivement permettre le rétablissement de l’équilibre du système locomoteur et de l’organisme tout entier. Le praticien ne doit pas se contenter d’atténuer la douleur, il doit plutôt la combattre à la racine.

Dans la mesure où l’appareil mécanique est en bonne santé, la reconstruction biologique du système cellulaire se normalise et le patient retrouve facilement l’usage de son corps.

Les manoeuvres effectuées par le praticien lors d’une séance visent donc essentiellement à inclure dans le processus de reconstruction biologique les tissus altérés des articulations.